1 juillet 2015

Mon pote, Rocky Balboa.

Effort :  n.m.  Action énergique du corps ou de l’esprit vers un objectif, un but.



Oubliez tous les livres sur l’éducation des enfants.  
En plus de prendre un an à lire, ils sont souvent laborieux et donnent l’impression aux parents que de faire du monde avec leurs morveux sera le plus gros combat de leur vie.

J’ai une solution simple, divertissante pour papa, avec juste assez d’épanchements pour maman, et pour les enfants, c’est une mine d’or de trucs pour bien grandir : ROCKY.

Bien entendu, quand mon chum m’est arrivé avec l’idée de faire découvrir aux filles cette série de six films qu’il considère comme un classique du cinéma américain, j’ai sourcillé:  
« Je ne vois pas ce qu’il y a d’intéressant dans le fait de manger des coups à en devenir légume, ai-je dit, rébarbative.
Mais mon chum peut avoir la tête aussi dure que moi...
-Y a pas juste de la boxe dans ROCKY! Rappelle-toi! Il y a son entraîneur Mickey, Polly, Apollo et sa femme Adrian (oh oui, j’avais tellement pleuré quand Rocky avait crié, la face tout ensanglantée : Adriaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaan!)
Il suffit de me parler d’amour pour que je devienne molle comme de la guenille. Un soir, j’ai donc préparé un souper style Cage aux sports, et on s’est installés devant la télé pour visionner le premier volet de la série.
Et de façon surprenante, j’en ai redemandé.
Humilité, courage, persévérance, loyauté, droiture et respect sont des valeurs évidentes dans ces films,  D’ailleurs,  j’y ai déjà fait référence plusieurs fois dans les derniers jours, heureuse de pouvoir m’appuyer sur un début de phrase qui capte l’attention : 
« Souviens-toi quand Rocky était découragé… »
De plus,  l’épreuve de se relever après une défaite est dépeinte de façon réaliste, et peut servir de modèle aux enfants lorsqu’ils vivent un échec. Il y a même un moment (ROCKY V) où son fils pré-ado lui pique une crise. C’est fantastique!

APPLICATION CONCRÈTE :

Ma fille de 12 ans me demande (avec ses grands yeux de biche) de tourner avec elle une émission de cuisine, style Ricardo.  Je dis oui après lui avoir fait le détail des étapes nécessaires à la réalisation d’une vidéo.  
Le lendemain, au moment de se consacrer au montage, elle me largue, prétextant une démotivation contre laquelle elle n’arrive pas à se battre.
J’ai juste demandé : « Qu’est-ce qu’il aurait fait, Rocky? », et la réponse a été comme… magique.
Elle m’a répondu : « Rocky, il lâcherait pas, c’est sûr. Il se dirait « T’as pas mal! » et il continuerait."

J’étais là, à l’écouter avec un grand sourire épais, ne croyant à moitié à ce qui était en train de se passer. Et le coup de grâce est arrivé. Elle a ajouté : « Une fois,  Apollo a dit à Rocky que s’il voulait voir la suite des choses, il fallait qu’il se relève. Donc, si je veux voir ma vidéo terminée, faudrait que je la fasse, même si c’est dur. »

Aussi bien dire qu'avec ça, elle m’a "knockée" bien comme il faut!

Et voici notre vidéo!

MERCI ROCKY!















Aucun commentaire: