22 octobre 2015

Tu veux du cul?






Je lisais que l’humain était naturellement porté vers le laid, le sale, le vil. Cela servait à expliquer, entre autres, la fulgurante viralité des vidéos à caractère immensément violent, dont meurtres et viols d’enfants (incluant la vidéo du gars qui se rentre un furet là où ça fait mal).



Et il y a l’attrait du cul. Surtout. 



Après tout, n’est-ce pas ce qui vous a fait entrer sur ce blogue?

Mais ne vous en faites pas, vous n’avez pas à vous sentir mal de vos pensées cornues. Il y a pire. On n’a qu’à jeter un œil aux romans de Patrick Senécal. Tante Loulou dirait que « tous les malades ne sont pas à l’hôpital ».  

_



Les mots vulgaires nous interpellent davantage que les mots doux. D’ailleurs, mon titre « Tu veux du cul? » est excellent pour appâter cette partie de nous qui existe bel et bien.  

Vous et moi savons que ce billet sera le plus populaire de mon répertoire PRÉCISÉMENT À CAUSE de ce titre. ET C’EST TELLEMENT DÉPRIMANT pour une pudique...
_

Le chat sort du sac

En plus, mon roman pogne pas chez les éditeurs. En fait, j'ai reçu 6 refus sur 12 demandes. J'attends toujours la réponse des autres. Depuis 6 mois. Mon roman fait 80 pages. Lisent pas vite.

Malgré que je rêve encore de recevoir une réponse positive, je ne peux m'empêcher de me demander: Coup donc, mon roman, c’est-tu DE LA GROSSE MARDE à ce point-là???
C’est vrai que le livre de l’ex à Éric Lapointe doit être ben meilleur…
(Et c’est à cet instant précis que flotte dans ma tête de fille jalouse de l’ex à Éric Lapointe que m’auto-financer serait peut-être une idée. Sauf que tout de suite, me revient en ricochet mon mécanisme du « quessé que l’monde va penser? », et je me dis que ça serait gonflé de quêter pour un projet d’art littéraire alors que tant de causes méritent plus d’attention. Et il y a que je n’ai pas envie d’avoir l’air de l’acharnée qui insiste pour se publier. (Et si c’était VRAIMENT de la marde, mon roman?)) 

Il serait malhonnête de ma part de nier les quelques indices qui me poussent à considérer mon manque d’envergure:  je suis la fille la MOINS populaire de Youtube, PERSONNE ne m’a JAMAIS laissé de commentaire sur ce blogue JUSTE EN BAS, ICI (sauf une personne à qui j’ai demandé de tester pour moi si ça fonctionne. Oui, ça fonctionne très bien). Et pratiquement personne ne PARTAGE mes trucs. Un ami me disait : « Je te lis,  mais je partage jamais rien, faque… ». C’est faux. Il a partagé une maison à vendre avec écrit : « Pour un ami ».

J’arrive à me raisonner. Je me dis des proverbes cons : « Tout vient à point à qui sait attendre », "Faut pas mettre la charrue avant les « beus »", "Pierre qui roule n’amasse pas mousse"… » Mais au final, je me sens vraiment comme une « crotte de nez dans l’univers » (dixit encore Tante Loulou).

Il y a heureusement ces quelques personnes qui croient en moi. Ne pensez pas que je ne vous ressens pas! C’EST VOUS qui me motivez à continuer de m’exprimer en tant qu’écrivaine. JE SAIS que j’arrive à vous faire sourire, à vous faire aimer la vie. (Vous me le dites même des fois sur FB!)
Mais il y a ceux qui trouvent quelque chose de pathétique à me voir pédaler (dans le beurre), à essayer fort. Ce sont eux que je ressens le plus! (C’est poche, hein?). Je me suis demandée pourquoi, bien sûr. La réponse m’est venue toute seule :  c’est ce silence autour de ce que j’écris qui m’inquiète. Qu’ont-elles pensé de moi, toutes ces personnes qui m’ont lue et se sont tues? Je ne sais pas. Quoi de plus triste qu’une personne qui tente d’être entendue et qui ne récolte que son écho?

Mais, n’allez pas croire que je sois en train de me plaindre! No-non! (Dans ma tête, à cet instant précis, cette citation de Montaigne) :
« Quiconque met sa décrépitude sous presse fait des folies s’il espère en tirer des idées qui ne sentent pas le disgracié, le rêveur et l’assoupi ».

Donc, je le répète (au cas où) : je NE FAIS PAS PITIÉ, je NE ME PLAINS DE RIEN, et JE NE SUIS PAS EN DÉPRESSION.

Je me parle toute seule, c’est tout.
Un problème avec ça?

 


4 commentaires:

biscuit a dit...

Bah tu sais, je pense qu'il y a des modes, comme dans tout. Pour le moment, la mode dans les livres, c'est soit le vampirisme, le sang macabre ou encore, Comme ton titre, le cul!! Si tu n'es pas dans cette tale, on dirait bien que ça n'intéresse personne. Et je dis bien, "on dirait bien", parce que qu'un bon roman, reste un bon roman. C'est juste les éditeurs, tout comme les maisons de disques qui publient, éditent ou produisent dans un mince éventail...
Continue ton rêve, bat toi pour y arriver...et te produire toi même?? Pourquoi pas?!? Quand on veut vraiment quelque chose, on s'organise pour y arriver. Et pourquoi qu'il n'y aurait qu'une voie pour y parvenir??? Merde à toi :-)

Denis Girard a dit...

Je te comprends tellement. Moi c'est pareil avec les photos, quand les gens les like I pas je m'inquiète

Audrey Lévesque, l'écrivaine a dit...

C'est tellement gentil de m'avoir écrit!!!! J'en suis tout ébaubie!!!! Merci, merci, merci! pour les bons mots, le ton, les encouragements, tout! J'aime tout! xxx

biscuit a dit...

Plaisir... Je me dis juste que ta réflexion valait vraiment la peine de répondre :-)