30 avril 2016

"Relax, take it easy" -Mika


Vaincre les adhérences.
Adhérence: n.f. État d’une chose qui colle à une autre.


_


Il est plutôt normal, lorsqu’il nous arrive un évènement encourageant, d’espérer que ça n’arrête jamais; que cet état de grâce dans lequel nous nous retrouvons plongé soit tellement confortable, qu’on veuille s’y accrocher comme à une bouée. 

On se dit: “Enfin, je pourrai prendre le temps de souffler.” 

La vérité, c'est ma bff psychiatre (fait bien) qui me l'a scoopée un beau matin alors que je me lamentais encore d'avoir des enfants mongoles:


Le beau fixe n’existe pas.
C’est une crosse.
Mais on continue de l’attendre pareil.
C’est con.




-


Full mature


La quarantaine aidant, je suis moins torturée qu’avant. 
J’arrive à envisager le caractère statique des choses comme un ralentissement à mon avancement, et je me réjouis sincèrement de l’éphémère.
J’aime cette image que la vie est une rivière, et que moi, je suis un petit bateau qui la descend lentement. Tantôt, je frappe le fond, ce qui n’est pas sans abîmer ma coque; tantôt je profite de formidables accalmies qui me permettent d’admirer tranquillement la beauté du paysage.

Prenons mon travail de bibliothécaire, par exemple.
Alors que certains d’entre vous préfèreraient aller traire les vaches que d’être coincé dans une bibliothèque, moi, je flotte littéralement. Je suis heureuse au possible.
Il serait aisé pour moi de voir l’échéance de mon contrat (novembre prochain) comme la fin d’une inégalable aventure, la perte d’une occasion unique d’en apprendre encore davantage sur un nouveau métier sans avoir à me taper un retour à l’université.

Bref, je vis ma job de rêve.


Mais cette job, elle n’est pas à moi. 

Elle est à celle que je remplace parce qu’elle a accouché de jumeaux (excellente raison).


Et de toute façon, tout n’est pas si parfait: j’éternue plus, j’ai une tendinite à l’épaule, et je suis loin de sauver des vies tous les jours comme les chirurgiens. 

Comme je n'ai pas le pouvoir de voir les couleurs de mon avenir, le choix le plus rentable à long terme, tant au niveau professionnel que personnel, c’est de FAIRE CE QUI DOIT ÊTRE FAIT et LE FAIRE BIEN.



_


Mademoiselle C, c’est moé!


Voici ma plus récente fierté de bibliothécaire!
Pour vous, elle pourra sembler petite (particulièrement si vous êtes espion pour la cellule anti-terrorisme), mais pour moi, c’est vraiment le top! MON top! 
Même que j’aurais tendance à dire: “Si tu juges pas mon top, je jugerai pas le tien.”

Dans la vidéo, vous verrez les livres de contes destinés aux classes membres des 186 clubs de lecture que j’ai démarrés dans nos écoles primaires, avec la précieuse collaboration de Communication-Jeunesse!
Pour qu’une classe se mérite un livre en cadeau, il faut que l’enseignant ait fait la preuve de sa participation à une animation thématique proposée par Communication-Jeunesse, et cela jusqu’à quatre fois par mois. Les enseignants les plus dynamiques reçoivent plusieurs livres à faire gagner parmi leurs élèves, et cela me réconforte un peu, quand je pense aux nombreux jeunes qui n'ont pas la chance d'être exposés à la lecture chez eux.

“Un enfant qui lit sera un adulte qui pense.” 

Qui a dit ça? 
J’ai un blanc.
En tout cas, je pense comme lui!


1 commentaire:

Anonyme a dit...

Ton top est vraiment hot Audrey! Juste à voir tout le soin que tu as apporté à faire de ces livres un super cadeau, je peux constater que tu es très fière de ce que tu accomplis et moi, je suis très fière de ma grande fille!