6 novembre 2016

RUFUS, le Big boss



Je me souviens comment j’étais enfant.
J’ignore ce qui me motivait à être tellement bitch.
Je ne pouvais pas être si méchante! Je n’y crois qu’à moitié.
Ce que je sais, c’est que j’avais envie de laisser une empreinte. Que l’on sache que j’étais là. 
À 10 ans, je n’acceptais pas que mon passage sur Terre soit anonyme, et par conséquent, vain, futile et mortellement ennuyant. 
Mon immense lacune d’enfant, c’est que  j’ignorais tout de l’importance de mettre l’effort sur la qualité des moyens que l’on se donne.

Je n’avais que l’objectif en tête.

Écraser quelques âmes sensibles au passage ne me posait pas de réels problèmes, toute gavée que j’étais de films de mafieux, consommés compulsivement à Super Écran, le canal « in » de 1985.

Les bums, je les trouvais sexy et je me voyais parfaitement en Bonnie, vivant une vie trépidante de briguands doués (qui ne se font JAMAIS pincer, car ils sont trop « bright », you know!?) avec mon homme, Clyde, maniant comme un dieu TOUS les pistolets… Pour devenir celle qui m’inspirait, je devais donc agir comme tel. 

Par chance, grâce à l’ éducation que j’ai reçue, mes fréquentations tenues serrées par une mère présente qui m'a inculqué un sens profond de l’éthique, je ne suis pas devenue Bonnie.
Mais sans tout ça, watch out!
_

J’ai eu le culot de me reproduire par deux fois. 
Est-ce que je dois m’étonner que mes enfants soient comme moi? Non.

Je DOIS me montrer efficace. J’ai déjà passé par là après tout! Y a juste les caves qui n'apprennent pas au moins un peu de leurs erreurs. Ce n’est pas comme si on m’initiait. C’est moi Yoda, dans c’t’affaire-là!

Donc, JE ME DOIS d’assurer à mes filles une éducation qui prône le respect de soi et des autres, JE ME DOIS aussi de garder un œil bienveillant sur leurs fréquentations, et JE ME DOIS finalement de développer leur sens de l’éthique. Entre autres choses.

Sinon, watch out!


Keep calm.

Je ne suis pas prête à dire  « qu’on a les enfants qu’on mérite ».* Mais je pense que c’est un peu normal que je goûte à ma propre médecine. 
Tout ce que je peux vous dire, c’est que ça goûte méchant en cibole.

Mais je l’avale.

Et je fais mon possible (ce qui est ben en masse) en attendant que mes enfants cessent de me ramasser à grands coups de rétorques insolentes.
J’ai estimé qu’il me restait encore 8 ans à me faire chier dessus par intermittence.

*Expression tellement conne, spécialement quand on pense aux parents d'enfants malades
_

Heureusement, j’ai la chance d’être assistée par un papa qui torche (dans les deux sens) et ensemble, on est arrivés à se persuader qu’avoir confiance en ce que nos enfants deviendront nous préservera des doutes, des craintes et des multiples angoisses reliées au seul fait d’être parents.

CONFIANCE.

Un mot que nous nous rappelons en mantra quand la soupe déborde.


Affranchie

Quand on décide de faire confiance, ça ne veut pas dire de confier tout au hasard. Ça veut juste dire qu’on a assez confiance en soi pour se permettre de ne pas avoir peur. Et si on a la chance d’en avoir un petit bagage, on peut aussi en transmettre en héritage, et cela peut être suffisant à élever une famille comme du monde.

Je me rends compte aujourd’hui seulement (c'était le temps, vous me direz!) que je vis mieux sans cet acharnement (que je croyais intrinsèque) à laisser une trace remarquée de tous.
Encore une fois, je me suis laissée prendre au piège! J’ai ENCORE négligé d’axer l’effort sur la qualité des moyens que je me donne.

Souvent, je n’ai eu que l’objectif en tête.


Mon gros bouddha poilu

Je me suis surprise à penser plusieurs minutes (au moins 20) à ce que pouvait bien attendre mon chat Rufus de son existence. 

Bien sûr, en 2 secondes j’aurais pu expédier la question en répondant qu’il n’attend rien pour la simple raison que c’est un chat.

J’ai choisi de lui attribuer des objectifs : dormir, manger, boire, jouer, contempler.

J’ai trouvé ça attirant.

Et comme on a une tendance naturelle à se nourrir d’inspirations, je crois que mon chat est devenu un modèle de sérénité.

Pour cela, je dois accepter que ma vie ne soit pas soumise à la Performance avec un grand P, celle qui me tient à la gorge, celle qui m’empêche de respirer.

Je veux avoir du plaisir à vivre, d’une part parce que j’y ai droit, et d’autre part parce que ça l’air le fun.


Le feu reste

Si je me pense bonne et que je me compare à un volcan (c’est plus valorisant que de se comparer à des sables mouvants), je sais que si je me mets à l’écoute de ce feu qui brûle à l’intérieur de moi, il me dira qu’il n’a pas besoin de se montrer aussi vibrant et agressif que semble le requérir le monde extérieur. 
Il me dira même qu’il peut s’autoriser à économiser ses forces pour se garder au chaud, gronder toujours, signe évident de son existence.

Aujourd’hui, je comprends que l’éruption n’est pas un objectif.


J’ai fini de CHERCHER mon utilité.



RUFUS, nœuds papillons pour chats

Il n’y a pas si longtemps, j’aurais eu honte de vous dire que j’ai fabriqué un nœud papillon pour mon chat. Il n’y a pas plus inutile comme objet, c'est vrai.

Mais qu’est-ce que j’y peux? Il a tellement de classe, ce matou, qu’il m’a inspiré un newlook dandy. J'aime les chats et la mode, alors pourquoi pas? Et à voir l’effort que j’y ai mis, ça m’a fait me dire : « My God, je trippe ben moi-là! »

Faque vu que je suis un volcan tranquille asteure, je me suis ouvert une boutique sur Etsy!


Visitez-la ici, pour rire de moi (je m'en fous!) ou pour faire comme moi! (Comme on, brise tes chaînes!) 
https://www.etsy.com/ca-fr/shop/RufusNoeudsPapillons?ref=l2-shopheader-name




Asta la vista, baby!


Aucun commentaire: